Classe de maître présentée par Paule Beaudoin

Classe de maître présentée par Paule Beaudoin

Dans le cadre de la résidence en scénarisation Je me vois à l’écran, le FIFEM est fier de s’associer à Black on Black Films et le Fonds des Médias du Canada pour proposer aux quatre lauréat.es une classe de maître tenue par Paule Beaudoin sur les perspectives de financement d’un court-métrage de fiction au Québec. Cette classe de maître offrira aux lauréat.es un regard comparatif sur les différents types de financement (indépendant et institutionnels) afin de mieux les équiper aux défis qui les attendent lors des différentes étapes de production de leurs courts-métrages. 

À propos de Paule Beaudoin 

Paule Beaudoin est titulaire d’un baccalauréat en cinéma, et d’un certificat en scénarisation à l’UQÀM. Touchant à la réalisation de documentaire, de fashion films, de projets corporatifs, elle se nourrit de ses diverses expériences pour aller vers la fiction qui l’intéresse particulièrement. Également scénariste, Paule prend plaisir à imaginer des mondes légèrement décalés de la réalité en favorisant une mise en scène où la poésie, le mystère et les émotions brutes se rejoindront sur grand écran.

Présentée par

Découvrez les portraits du Jury FIFEM !

Découvrez les portraits de notre jury qui aura la grande mission d’élire le scénario coup de cœur du FIFEM parmi les quatre proposés par les lauréat.es de la résidence en scénarisation « Je me vois à l’écran ».

Alain Jacques

Alain a scénarisé et/ou réalisé plus d’une centaine de fictions et documentaires pour la télévision et le cinéma. En plus de son travail sur des sketchs humoristiques de « LOL ;) », il a réalisé des émissions jeunesse comme Toc toc tocSam Chicotte, les HipaloulasBookaboo, Salmigondis, Zoomizoom et la nouvelle mouture de Passe-Partout. Il démarre actuellement une nouvelle émission jeunesse destinée à Radio-Canada et Télé-Québec. 

Sasha Crevier

Bonjour, je m’appelle Sasha Crevier, j’ai 12 ans et j’aime beaucoup les arts. J’aime à peu près tout ce qui est entre art-dramatique et dessin. Je participe depuis 3 ans à un camp de jour de cinéma qui s’appelle Productions le p’tit monde où l’on écrit, réalise et tourne des courts-métrages et des vidéoclips.  

Nazim Mokrane

Mon nom est Nazim, un garçon de 11 ans encore au primaire mais qui a très hâte d’entrer au secondaire. Je suis un garçon très allumé, curieux, qui aime vivre de nouvelles expériences. J’aime m’impliquer dans des événements et faire du bénévolat. Je suis quelqu’un qui aborde la vie avec facilité !

Les partenaires

Résidence en scénarisation « Je me vois à l’écran »

La résidence en scénarisation Je me vois à l’écran, offerte par le collectif montréalais Black on Black Films en collaboration avec le Conseil des arts de Montréal, revient pour une 3e édition.

Classe de maître présentée par Paule Beaudoin

Classe de maître présentée par Paule Beaudoin Dans le cadre de la résidence en scénarisation Je me vois à l’écran, le FIFEM est fier de s’associer à Black on Black Films
Lire plus

Découvrez les portraits du Jury FIFEM !

Découvrez les portraits de notre jury qui aura la grande mission d’élire le scénario coup de cœur du FIFEM parmi les quatre proposés par les lauréat.es de la résidence en
Lire plus

Le FIFEM prend des nouvelles des lauréat.es !

Les lauréat.es de la résidence en scénarisation Je me vois à l’écran ont pu voir leurs scénarios prendre vie lors d’une lecture publique présentée par l’Académie Canadienne du Cinéma et
Lire plus

Découvrez les lauréat.es de la résidence « Je me vois à l’écran »

Félicitations à Jean-Bastien Niyigaruye, Chelsea Osei, Yzaih Phénix-Alphonse et Dahlia Thompson, les quatre lauréats de l’édition Jeunesse de la résidence en scénarisation Je me vois à l’écran, un programme imaginé
Lire plus

Présentation de la résidence « Je me vois à l’écran »

La résidence en scénarisation Je me vois à l’écran, offerte par le collectif montréalais Black on Black Films en collaboration avec le Conseil des arts de Montréal, revient pour une
Lire plus

Les partenaires

Le FIFEM prend des nouvelles des lauréat.es !

Les lauréat.es de la résidence en scénarisation Je me vois à l’écran ont pu voir leurs scénarios prendre vie lors d’une lecture publique présentée par l’Académie Canadienne du Cinéma et de la Télévision et le Fonds Bell le 7 avril 2022 au Centre Phi.

Nous sommes allés à leur rencontre pour en savoir un peu plus sur leur expérience de la résidence.

Les partenaires

Découvrez les lauréat.es de la résidence « Je me vois à l’écran »

Félicitations à Jean-Bastien Niyigaruye, Chelsea Osei, Yzaih Phénix-Alphonse et Dahlia Thompson, les quatre lauréats de l’édition Jeunesse de la résidence en scénarisation Je me vois à l’écran, un programme imaginé par le collectif montréalais BLACK ON BLACK FILMS. Cette résidence de 20 semaines, offerte à des artistes émergent.es issu.es de communautés afro-descendantes de Montréal, prendra la forme d’un laboratoire de création avec mentorat d’écriture, classes de maîtres et accompagnement à des événements de l’industrie. Les lauréats auront l’opportunité de présenter leurs scénarios développés avec leurs mentors lors d’une lecture publique en avril prochain, présentée par l’Académie Canadienne du Cinéma et de la Télévision.

Découvrez le portrait des candidat.es de la résidence en scénarisation Je me vois à l’écran – édition jeunesse !

Yzaih Phénix-Alphonse

Chelsea Osei

Jean-Bastien Niyigaruye

Dahlia Thompson

Les partenaires

Présentation de la résidence « Je me vois à l’écran »

La résidence en scénarisation Je me vois à l’écran, offerte par le collectif montréalais Black on Black Films en collaboration avec le Conseil des arts de Montréal, revient pour une 3e édition. Cette résidence de 20 semaines, offerte à des artistes émergent.es issu.es de communautés afro-descendantes de Montréal, prendra la forme d’un laboratoire de création avec mentorat d’écriture, classes de maîtres et accompagnement à des événements de l’industrie. Les scénaristes et cinéastes Jorge Camarotti, Jacob Potashnik, Ky Nam Le Duc, Judith Brès, Marilyn Cooke et Ivy Yukiko Ishihara Oldford conseilleront les créa.teur.trice.s qui développeront cette année des scénarios destinés à un public jeunesse. Le FIFEM est partenaire pour cette 3e édition de la résidence.

À propos de Black on Black Films

BLACK ON BLACK FILMS est un collectif Montréalais composé de réalisateurs.rices, producteurs.rices, scénaristes afro-descendant.e.s issus de culture et d’horizons différents œuvrant pour la promotion et le développement d’un corpus cinématographique afro-centrique au Québec. Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site.

Les partenaires

Dévoilement des lauréats de la 25e édition du FIFEM

Le FIFEM dévoile les lauréats de 2022

Montréal, lundi 7 mars 2022 – Le Festival International du Film pour Enfants de Montréal (FIFEM) est heureux d’annoncer les lauréats de sa 25e édition. Le festival s’est clôturé hier et le Jury professionnel, présidé par la comédienne, animatrice et chroniqueuse Jessica Barker, ainsi que le Jury enfant ont dévoilé leur palmarès. Les Prix décernés par le FIFEM sont : le Grand prix de Montréal, le Prix du meilleur court-métrage, le Prix du public et le Prix d’interprétation de l’UDA. 

 

Le Jury enfant, composé de Matis Bascoul, Daniel Espinoza, Agathe Huchard et Fleur Szymanski a remis le Grand Prix de Montréal au film coréen Les enfants vont bien du réalisateur Lee Ji-won pour son histoire touchante et originale, ses images inspirantes et ses personnages attachants.

Le Jury enfant a également attribué le Prix du meilleur court-métrage, présenté par Bloks Canada, au film québécois Mauvaises herbes de Claude Cloutier, pour son humour et son sujet d’une troublante actualité. 

 

Le Jury professionnel, présidé par Jessica Barker et composé de la productrice Mylène Augustin de Black on Black Films et du réalisateur Alain Jacques a pour sa part décerné le Grand prix de Montréal au film français et tchèque Même les souris vont au paradis de Jan Bubenicek et Denisa Grimmovà pour la direction artistique époustouflante ; pour avoir mis en scène avec brio une amitié plus qu’improbable ; pour avoir eu l’audace de parler de la mort avec légèreté et douceur ; pour une animation stop motion à couper le souffle. 

Le Jury professionnel a par ailleurs décerné le Prix du meilleur court-métrage présenté par Bloks Canada au film franco-géorgien La soupe de Franzy de Ana Chubinidze. Le Jury a souligné la technique d’animation très soignée ; la beauté des images très colorées ;  l’humour et la poésie du scénario ; l’imaginaire débridé qui rejoint celle d’un enfant ; la construction de l’histoire pleine de rebondissements. 

Le Prix d’interprétation de l’UDA, remis par le Jury professionnel également, a été attribué au comédien Gabriel Noël, pour son rôle dans le film québécois Marmotte intrépide de Miguel Lambert. Le Jury a soulevé la justesse de son jeu ; l’humour qu’il a insufflé à son personnage ; l’authenticité qu’il a donnée à sa mission ; la mélodie de son accent qui a su le charmer.

 

Le Prix du public, présenté par la Clinique d’Orthopédagogie Myriam Gagnon, est décerné au film qui récolte le plus grand nombre de votes du public parmi tous les longs-métrages, toutes sections confondues. Il a été attribué au film d’animation français et tchèque Même les souris vont au paradis de Jan Bubenicek et Denisa Grimmovà. Le film est distribué par Niagara films, et est déjà à l’affiche dans les cinémas à travers la province.

 

Source
Jo-Anne Blouin
Directrice générale et artistique du FIFEM

Contact Média
RuGicomm
Geneviève Lefebvre
genevieve.lefebvre@rugicomm.ca / 438-888-1981

Nancy Florence Savard récipiendaire du 1er prix Rock-Demers

Nancy Florence Savard récipiendaire du 1er prix Rock-Demers

Montréal – lundi 21 février 2022 – Le Festival international du film pour enfants de Montréal (FIFEM) félicite Nancy Florence Savard, récipiendaire de la toute première édition du prix Rock-Demers. Le comité composé de cinq membres influents de l’industrie : Catherine Bourbeillon (Agente d’évaluation et de programmation, secteur Jeunesse à Radio-Canada), Xiaojuan Zhou (Présidente d’Attraction Distribution, distributeur mondial des Contes pour Tous), Jean Beaudry (réalisateur), Jo-Anne Blouin (Directrice générale et artistique du FIFEM) et Felix Vanginderhuysen, (Secrétaire général de l’ECFA (European Children Film Association a rendu son verdict hier, lors de la cérémonie d’ouverture de la 25ème édition du FIFEM. Ce prix, qui sera remis chaque année, vise à récompenser les personnes et/ou les institutions qui ont contribué de manière exceptionnelle au rayonnement du cinéma jeunesse. 

Pionnière en animation 3D et fondatrice de 10e Ave Productions à l’aube des années 2000, Nancy Florence Savard crée sa société dans la Capitale nationale pour offrir d’abord aux enfants et aux familles du Québec des histoires et des personnages d’ici. Avec des complices, elle scénarise, réalise et produit une série de quatre spéciaux de Noël. En plus des contes et légendes, elle s’élance dans le développement de talents avec la série de 156 épisodes en 2D numérique : W.

Visant l’émergence d’un nouveau pan de l’industrie, elle réalise et coproduit le premier long métrage d’animation stéréoscopique 100% canadien, présenté en salles en 2013 et vendue dans plus de 40 pays : La légende de Sarila. En 2014, elle produit le premier long métrage d’animation fait 100% à Québec, en français, Le Coq de St-Victor dont les droits sont cédés pour 98 pays.  En 2018, 10e Ave lance son 3e long métrage d’animation que Nancy Florence coréalise et produit, Nelly et Simon : Mission Yéti. Elle reçoit en 2019, le prix de Producteur de l’année décerné par l’Association québécoise de la production médiatique. L’an dernier, le 4e film d’animation de 10e Ave, Félix et le trésor de Morgäa démarre son tour du monde malgré la pandémie. Les droits sont vendus dans plus de 100 pays et territoires. Poursuivant sa mission de mettre le talent local à l’écran, Nancy Florence Savard produit présentement son 5e opus en animation : Katak, le Brave Béluga.

La 25e édition du festival, qui se déroulera durant la semaine de relâche scolaire du 26 février au 6 mars prochain, aura lieu en ligne, sur la plateforme du festival au festival-fifem.com, ainsi qu’au Cinéma Beaubien. Le FIFEM invite les familles québécoises à un tour du monde en neuf jours, à travers plus de 100 films provenant de l’Allemagne, la Russie, en passant par l’Europe de l’Est, la Corée du Sud, l’Iran ou encore l’Argentine.

 

Source
Jo-Anne Blouin
Directrice générale et artistique du FIFEM

Contact Média
RuGicomm
Geneviève Lefebvre
genevieve.lefebvre@rugicomm.ca / 438-888-1981

Dévoilement de la programmation de la 25e édition

Le FIFEM dévoile la programmation complète de sa 25e édition

En ligne et au Cinéma Beaubien du 26 février au 6 mars

Montréal, mardi 15 février 2022 – Le Festival International du Film pour Enfants de Montréal (FIFEM) est fier de présenter la programmation complète de sa 25e édition qui se déroulera durant la semaine de relâche scolaire du 26 février au 6 mars prochain. La sélection de 2022, présentée en ligne sur la plateforme du festival au fifem.com et au Cinéma Beaubien, offre une myriade de longs et courts-métrages comprenant des premières mondiales, internationales, nord-américaines et canadiennes. Les jeunes cinéphiles de partout à travers le Canada pourront découvrir plusieurs chefs d’œuvres tout au long du festival.

Grâce à la riche sélection de longs métrages en compétition officielle, les familles voyageront à travers l’Inde avec LE FANTÔME DE BISHWA de Anuj Tyagi qui raconte l’histoire de Bishwa, un jeune aveugle qui se lance dans la chasse aux fantômes dans son petit village ; en Suède avec NELLY RAPP – AGENTE SPÉCIALE de Amanda Adolfsson, un film d’aventure fantastique qui suit la jeune Nelly devenue agente spéciale le temps des vacances d’automne chez son oncle au métier bien particulier; au Danemark avec LE MONDE SELON BUSTER de Martin Miehe-Renard qui accompagne Buster, un apprenti magicien, le temps de l’été de ses 11 ans; en Russie avec LITTLE WARRIOR de Elya Ermolov, une comédie sportive qui relate l’histoire de Vitya, jeune garçon russe lutteur sumo, qui rêve de se rendre dans un tournoi au Japon pour y retrouver son père qui a quitté la famille quelques années plus tôt; en Corée du Sud avec LES ENFANTS VONT BIEN de Lee Ji-won, un drame familial qui raconte l’histoire de Da-yi qui, laissé à lui-même par un père qui travaille trop, partira à l’aventure avec ses amis pour aller retrouver sa mère hospitalisée ; et finalement en Allemagne avec LA DISPARITION, un film d’aventure qui suit les amis Paul et Max. Au cours de leur voyage, les garçons sont confrontés à des défis bien plus grands qu’ils ne l’imaginaient, ce qui les amène à affronter leurs plus grandes peurs et à découvrir leurs véritables forces.

Ce sont dix courts-métrages de la programmation qui se retrouvent en compétition officielle. Il s’agit de L’HISTOIRE EXTRAORDINAIRE DE BRUNA (Espagne) de Marc Riba et Anna Solanas, GEORGES LE MAGICIEN (Hongrie) de Katalin Egely, L’ENFANT ET L’OIE (France) de Jade Chastan et Alice Failla, MAUVAISES HERBES (Canada) de Claude Cloutier, LE PETIT OISEAU ET LES ABEILLES (Suisse) de Lena Von Döhren, L’ATTERRISSAGE (Finlande) de Kaisa Penttilä, MUSICIEN DE LA COUR (République tchèque) de Filip Diviak, HISTOIRE DE S’MÉLANGER (France) de Florent Mounier, FRIEDRICH BURGMÜLLER – TARENTELLE (Russie) de Yevgeni Nadtochey, SANTIAGO (Bulgarie) de Svetla Ganeva et  LA SOUPE DE FRANZY (France, Georgie) de Ana Chubinidze. 

Le festival propose également cette année un volet Découverte. Parmi cette sélection, notons le film présenté en ouverture ce dimanche (projection sur invitation seulement au Cinéma du Musée), la comédie LE TRÉSOR DU PETIT NICOLAS (France) de Julien Rappeneau, troisième adaptation au cinéma des livres à succès de la série Le Petit Nicolas ; BIRTA (Islande) de Bragi Þór Hinriksson qui suit Birta, une jeune fille de 11 ans qui cherche des moyens de ramasser des sous après avoir entendu sa mère dire qu’elle ne pouvait pas se permettre le Noël en famille ; MON PÈRE EST UNE SAUCISSE (Belgique, Pays-Bas) de Anouk Fortunier, une comédie réjouissante sur la poursuite de ses rêves et du courage qu’il faut pour les réaliser et MICA (France, Maroc), un drame sportif sur le destin de Mica, un enfant issu d’un bidonville marocain qui se retrouve homme à tout faire dans un club de tennis huppé de Casablanca. 

Pour la 25e édition, le FIFEM a concocté trois Focus : espagnol, italien et russe. Le Focus d’Espagne rassemble 8 courts-métrages qui seront disponibles en version originale espagnole avec sous-titres français ou encore sans dialogue. Le FIFEM met également la lumière sur l’Italie avec au programme 4 longs-métrages et 2 courts-métrages. Une belle façon de découvrir l’imaginaire italien. Le festival réserve également une place à la Russie avec 13 courts-métrages et un long métrage qui mettront de l’avant le savoir-faire russe. Ces films seront disponibles en version originale avec sous-titres (français ou anglais) ou sans dialogue.

Fidèle à son habitude, le FIFEM propose une sélection de films pour les mini-cinéphiles, à partir de 2 ans. Tout d’abord, un long métrage suédois, sous le thème de l’acceptation de soi, nommé MA MÈRE EST UN GORILLE (ET ALORS ?). Ensuite, deux moyens métrages seront offerts : le premier de la France et la Belgique, MUSH-MUSH ET LES CHAMPOTES. On y suit les aventures des Champotes, gardiens de la Forêt, chacun d’entre eux ayant un talent particulier. Il y a aussi KIWI & STRIT (Danemark) de Esben Toft Jacobsen qui relate l’histoire de deux monstres à la fourrure soyeuse qui vivent au cœur de la forêt et qui sont les meilleurs amis du monde. Pour finir, deux très-courts-métrages en provenance de la France et de la République tchèque seront également disponibles en ligne. Toutes ces œuvres sont en français, en tchèque ou sans dialogue.

Le festival propose encore une fois cette année une belle sélection de films offerts gratuitement. Parmi ceux-ci, deux programmes de courts-métrages québécois, un pour les 5 ans et plus et un pour les enfants de plus de 10 ans. Ce programme comprend le très primé court-métrage LES GRANDES CLAQUES d’Annie St-Pierre. De plus, les familles pourront visionner le programme VOIX AUTOCHTONES qui comprend 8 courts-métrages réalisés par des artistes autochtones. 

 

Le FIFEM est de retour en salle ! En effet, quelques films de la programmation seront projetés exclusivement au Cinéma Beaubien. Il s’agit, entre autres, des longs métrages d’animation MÊME LES SOURIS VONT AU PARADIS (France, République tchèque, Pologne, Slovaquie, Belgique) de Jan Bubenicek et Danisa Grimmovà, une jolie fable autour du deuil et de l’amitié ; FRITZI, L’HISTOIRE D’UNE RÉVOLUTION (Allemagne, Belgique, Luxembourg, République tchèque) de Matthias Bruhn et Ralf Kukula qui relate les aventures d’une jeune fille en Allemagne de l’Est peu de temps avant la chute du mur de Berlin. Également, LE TRÉSOR CACHÉ (Iran) de Majid Majid, conte social qui dénonce l’exploitation des enfants iraniens à travers le personnage d’Ali, 12 ans, et ses amis, qui partent à la recherche d’un trésor caché à la demande d’un mafieux.  De plus, des programmes de courts-métrages pour les 3 ans et plus, ainsi que les 5 ans et plus, seront présentés. 

 

Rappelons que la comédienne, animatrice et chroniqueuse Jessica Barker est de retour à la tête du jury professionnel. Elle sera accompagnée du réalisateur Alain Jacques ainsi que de la productrice Mylène Augustin de Black on Black Films. Le jury remettra plusieurs prix tels que : le Grand Prix de Montréal, décerné au meilleur long-métrage de la Compétition ; le Prix du meilleur court-métrage Bloks Canada, récompensant leur coup de cœur parmi les courts-métrages de la Compétition ; ainsi que le Prix d’interprétation de l’Union des artistes, remis pour une première année à la meilleure actrice ou au meilleur acteur des courts-métrages québécois. De plus, les cinéphiles pourront voter pour élire le Prix du Public Myriam Gagnon 2022.

 

TARIFS

*La prévente concerne seulement le festival en ligne

 

EN LIGNE

Passeport Famille (donne accès à toute la programmation en ligne) :  85$ (prévente du 15 au 20 février) / 100$ (à partir du 21 février)

Billets à l’unité (long-métrage ou programme de courts-métrages) : 10$ (prévente du 15 au 20 février) / 12$ (à partir du 21 février)

Combo 5 ans et plus : 40$

Combo 7 ans et plus : 40$

Les films sont accessibles pour une période de 48 heures, une fois le visionnement débuté.

 

EN SALLE 
Billets à l’unité : 12$

 

Source
Jo-Anne Blouin
Directrice générale et artistique du FIFEM

 

Contact Média

RuGicomm
Geneviève Lefebvre
genevieve.lefebvre@rugicomm.ca / 438-888-1981

Brisbane Agbo
brisbane@rugicomm.ca / 514-708-1015

 

Marina Orsini marraine de la 25e édition

Marina Orsini marraine de la 25e édition

Jessica Barker à la tête du Jury professionnel

Montréal, vendredi 11 février 2022 – Le Festival International du Film pour Enfants de Montréal (FIFEM) est fier d’annoncer que la comédienne et animatrice Marina Orsini sera la marraine de la 25e édition, qui se déroulera durant la semaine de relâche scolaire, du 26 février au 6 mars prochain. Cette édition anniversaire aura lieu en ligne, sur la plateforme du festival au fifem.com, ainsi qu’au Cinéma Beaubien. Le jury professionnel sera à nouveau présidé par la comédienne, animatrice et chroniqueuse Jessica Barker. La sélection de 2022 offrira une panoplie de longs et courts-métrages comprenant des premières mondiales, internationales, nord-américaines et canadiennes. La programmation complète sera annoncée le mardi 15 février.

C’est avec une immense joie que Marina Orsini a accepté de devenir marraine de la 25e édition du FIFEM. Comédienne, animatrice à la télévision comme à la radio, Marina est une figure bien connue du public québécois depuis de nombreuses années. Révélée grâce à son rôle de Suzie dans la série télévisée culte Lance et Compte en 1986, c’est dans un des films de la série Les contes pour tous de Rock Demers, La grenouille et la baleine réalisé par Jean-Claude Lord en 1988, qu’elle débute sa carrière au cinéma. Elle enchaîne par la suite les rôles, tous aussi marquants les uns que les autres, au petit et au grand écran. Toujours présente à la télévision comme actrice et animatrice, elle est une des personnalités les plus aimées des québécois.

Ayant tellement aimé son expérience l’an dernier, Jessica Barker est de retour à la tête du jury professionnel. Elle sera accompagnée du réalisateur Alain Jacques ainsi que de la productrice Mylène Augustin de Black on Black Films. Le jury remettra encore cette année plusieurs prix tels que : le Grand Prix de Montréal, décerné au meilleur long-métrage de la Compétition ; le Prix du meilleur court-métrage Bloks Canada, récompensant leur coup de cœur parmi les courts-métrages de la Compétition ; ainsi que le Prix d’interprétation de l’Union des artistes, remis pour une première année à la meilleure actrice ou au meilleur acteur des courts métrages québécois. De plus, les cinéphiles pourront voter pour élire le Prix du Public Myriam Gagnon 2022.

Rappelons que c’est le long-métrage français LE TRÉSOR DU PETIT NICOLAS qui ouvrira le festival le dimanche 20 février lors d’une projection spéciale, sur invitation, au Cinéma du Musée. Il s’agit de la troisième adaptation au cinéma des livres à succès de la série Le Petit Nicolas. Le film est réalisé par Julien Rappeneau et est distribué au Québec par MK2 | Mile End.

C’est aussi lors de cette projection que sera attribué pour la première fois le prix Rock-Demers. Avec la création de ce prix, le FIFEM souhaite immortaliser la mémoire de ce grand homme ainsi qu’encourager et inspirer d’autres à poursuivre sa mission de création. Le prix récompensera chaque année les personnes et/ou les institutions ayant contribué de manière extraordinaire à la qualité du cinéma pour enfants. C’est la marraine du festival, Marina Orsini, qui remettra le prix à le ou les lauréat.e.s choisi.e.s par le comité de sélection composé de Catherine Bourbeillon, Agente d’évaluation et de programmation, secteur Jeunesse à Radio-Canada, Xiaojuan Zhou (Présidente d’Attraction Distribution, distributeur mondial des Contes pour Tous), Jean Beaudry (réalisateur), Jo-Anne Blouin (Directrice générale et artistique du FIFEM) et Felix Vanginderhuysen, (Secrétaire général de l’ECFA (European Children Film Association)). Pour la première édition du prix, le FIFEM a reçu le soutien financier de Radio-Canada et de l’ECFA.  

Du 26 février au 6 mars 2022, le FIFEM invite les familles québécoises à un tour du monde en neuf jours, à travers plus de 100 films provenant de l’Allemagne, la Russie, en passant par l’Europe de l’Est, la Corée du Sud, l’Iran ou encore l’Argentine. Plusieurs ateliers d’éducation cinématographique et rencontres professionnelles sont au programme. 

 

Source
Jo-Anne Blouin
Directrice générale et artistique du FIFEM

Contact Média
RuGicomm
Geneviève Lefebvre
genevieve.lefebvre@rugicomm.ca / 438-888-1981